Bio

Biographie

biographie

Place d’origne : Terre, système solaire, voix lactée, quelque part dans l’espace
Classe : Hobbit avec un penchant pour l’exploration
Alignement : Subversif
Vitesse : Constante, avec des pics impressionnante de productivité
Défence spéciale : J’m’en-foutisme
Attaque spéciale : Ironie déconcertante
Citation : « La vie se divise en deux partie. Celle où on perd du temps, et celle où on le rattrape. »

La « Figurine » tout d’abord.

Tombé plutôt jeune dans la marmite pleine de peinture de la figurinophilie obsessionnelle, j’ai peu à peu fait de ma passion préférée mon métier. J’abandonne donc mes études en sciences physiques pour bidouiller des petits bonhommes toute la journée, négligemment installé devant mon atelier, un pinceau dans la bouche et les pantalons plein de taches de peinture. 20 ans plus tard, mes parents ont fait la preuve de leur constance dans la résignation.

Les voyages ensuite.

Quelques balades en vélo dans les campagnes françaises m’ont convaincu que le vélo c’est cool, que le contact avec la nature me plait, que les montées c’est terrible, la pluie c’est chiant, et que l’air frais me va bien au teint.
Halalalala, le doux parfum de l’aventure, le bruit du vent dans les rayons, celui du sifflement des crevaisons…
Mon vélo m’a déjà conduit à la découverte du continent Africain pendant 22 mois, de l’Inde pendant 6 mois… avec dans les sacoches du matériel pour camper, et pour …

Dessiner.

Ramener de ces voyages matière à ressentir.
Le carnet de croquis est un excellent moyen de prendre le pouls d’une culture, le temps d’observer…
Faire un voyage et le partager, c’est risquer de perdre son regard curieux, au profit de la nécessité de rapporter à tout prix des images exotiques. Grâce au dessin, cela se fait plus naturellement.
On n’aborde pas quelqu’un de la même manière avec un carnet à la main que caché derrière un appareil photo…

La danse et la musique enfin.

Ce sont d’abord des rencontres. Un corps, le sien, et celui des autres.
Des corps jeunes, mûrs, vieux ou sans âge, qui s’allient et s’animent comme jamais ni nulle part ailleurs…
La musique se fait chair, le rythme se fait souffle.
Des peaux se frôlent, des sueurs et senteurs se mêlent, des hanches et des doigts s’attrapent et se serrent, des visages se regardent et s’éclairent, des corps s’approchent, s’éloignent et inscrivent dans l’air la pulsation d’une humanité réelle plutôt que virtuelle.

Remerciements pour le web et le graphisme : Amélie Lamirand, Aline Clabaut, David Clabaut, Philippe Jofresa, Philippe Christin, Alex Norman, Xavier Scheffer, Arnaud Leclerc, Pierre Brier, et Rodrigue Langronier.